logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/12/2015

Rester jeune à tout prix, le meilleur des mondes?

Ils sont jeunes (plus ou moins…), technophiles, parfois très riches, et ils ont bien l’intention d’augmenter la longévité au maximum, voire de supprimer l’ultime échéance de nos (de leurs ?) existences. Petit à petit, les transhumanistes font leur nid. Aux États-Unis, le journaliste américain Zoltan Itzvan sera le premier candidat transhumaniste à l’élection présidentielle de 2016. En Europe, les tenants de ce mouvement viennent de créer un parti politique en Grande-Bretagne pour influer sur les décideurs britanniques et donner plus de visibilité à leur credo : demain, l’homme réparé, augmenté par la puissance des technosciences, repoussera les limites de la vie. En France, ce courant est représenté par l’association Technoprog . Bienvenu dans le meilleur ( ?) des mondes!


Longtemps cantonnées aux débats entre spécialistes, les questions soulevées par le transhumanisme gagnent désormais le grand public : des magazines en font leur une, des reportages télés sont diffusés, des films hollywoodiens s’en emparent ("Transcendance" en 2014). Le quotidien "La Croix" a publié durant le mois de novembre 2015, une série d’articles passionnants – mais parfois glaçants - sur ce mouvement apparu dans les années 1980 en Californie et qui prospère dans le giron de la Mecque des nouvelles technologies, la Silicon Valley. L’homme qui est considéré comme le « gourou » de ce courant de pensée, le futurologue Raymond Kurzweil, n’est rien moins que le directeur de l’ingénierie de Google, l’un des quatre géants de l’internet et du numérique avec Apple, Facebook et Amazon.

Ces firmes mondiales aux bénéfices astronomiques, surnommées les « GAFA », sont d’ailleurs impliquées dans le financement des technosciences (intelligence artificielle, cybernétique, robotique, nanotechnologies, informatique, biotechnologies), terreau sur lequel prospère l’idéologie transhumaniste. L’ambition de Calico, filiale de Google dédiée à la recherche contre le vieillissement et les maladies qui en découlent, n’est-elle pas de « tuer la mort » ? Tout un programme… La vieillesse et son issue naturelle ne seraient plus, dans quelques décennies, que les mauvais souvenirs d’une époque archaïque ? Des cyberprothèses pallieraient les insuffisances motrices, ou les membres manquants (l’expérience a déjà été tentée avec succès). La vision et l’audition seraient décuplées. Le cerveau réparé et boosté grâce à des implants ad hoc pourrait, si besoin, être téléchargé sur un ordinateur !

Dans le meilleur des mondes des immortels, prévu pour 2045 par le milliardaire russe Dmitri Itskov , 34 ans - qui finance une trentaine de chercheurs pour son projet Avatar- plus de faibles ni de vieux… Ou alors des vieux éternellement jeunes! Le transhumanisme, finalement, serait-il le stade ultime du jeunisme ? Les autorités morales ont du pain sur la planche. Pour l’instant, évidemment, les progrès médicaux découlant de ces recherches ne peuvent que rencontrer l’adhésion de l’opinion. Vivre plus longtemps, en bonne santé, sans handicap, qui refuserait cette perspective ? Mais jusqu’où aller ? Y a-t-il une limite à ne pas dépasser ? Celle qui, par exemple, nous déshumaniserait ? A qui profiteront ces coûteuses technosciences ? Car il est bien peu probable que tout le monde y aura accès. Dans ce conditions, deux types d’humains cohabiteraient : les « augmentés » et les autres, les « diminués »! Quelle humanité en résulterait ?

Ces questions éthiques traversent la communauté scientifique. Dont de nombreux membres ne cachent pas leur inquiétude. « Le développement d’une intelligence artificielle complète peut signifier la fin de l’espèce humaine », s’est ému en 2015 l’astrophysicien britannique Stephen Hawking, rejoint par Bill Gates l’ex-PDG de Microsoft, Steve Wozniak , le cofondateur d’Apple et 700 scientifiques du monde entier. Chez les transhumanistes, des divergences existent. Ainsi, l’association française transhumaniste, Technoprog, se démarque de l’approche anglo-saxonne – dominante - et entend promouvoir « un techno-progressisme privilégiant l’humain ». Il reste à s’interroger sur l’intérêt fondamental de l’immortalité. Après tout, comme le dit Woody Allen, citant Kafka : « l’éternité, c’est long… surtout vers la fin ! »

Commentaires

Ils feraient bien déjà de dépenser leur argent pour rechercher la guérison des maladies existantes.

Écrit par : boyer | 06/12/2015

Vouloir vivre éternellement c'est être égoïste.Ou mettrons-nous nos nouveau nés,il ni aura plus de place.Le monde serai figé, plus d'évolution de la vie ( naissance, adolescence,viellesse,mort)
Le cycle de la vie serait brisé.Plus de renouveau.
Quelle monotonie.

Écrit par : voisin | 22/12/2015

d'accord avec vous, on a déjà du mal à nourrir ceux qui sont là comment ferons nous pour
subvenir à une planète débordante, que feront les gens? quelle horreur, il y a des chercheurs
qui feraient bien de se pencher sur des sujets plus préoccupants

Écrit par : desira | 14/02/2016

glaçant....

Écrit par : Agnes | 24/12/2015

LE SEL DE LA VIE , C'EST LA MORT ...

Écrit par : Patrcia | 19/01/2016

ce ne sera plus la sélection naturelle
mais celle de l'argent non ?

Écrit par : ventdamont | 20/01/2016

Certains sont prêts à croire à leurs propres fantasmes, surtout quand ils exercent du pouvoir sur les autres, comme gourou ou comme milliardaire.
Au sein de l'association Grands-Parents pour le Climat, nous proposons à toutes les personnes vieillissantes d'exercer "leur immortalité" en se projetant sur le futur de leurs descendants. Ici et maintenant, prendre soin de la planète et découvrir l'échange d'expérience et l'action avec les autres grands-parents, c'est autrement exaltant que de s'escrimer à rester jeune à tout prix...

Écrit par : le touzé estelle | 10/02/2016

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique