logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/02/2013

Quand la ministre agace les directeurs de maisons de retraite…

Perplexes et pas contents. L’heure est à la grogne dans les rangs des directeurs des maisons de retraite. Les propos de la ministre des Personnes âgées et de l’autonomie, Michèle Delaunay, publiés dans Le Parisien du 26 janvier, provoquent l’agacement et l’incompréhension des professionnels du secteur du grand âge. L’objet de leur ressentiment : l’évocation par la bouillonnante ministre d’un éventuel encadrement des tarifs des établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (Ephad).


 Il est vrai que Michèle Delaunay n’y va pas par quatre chemins dans cette interview qui ressemble fort à un ballon d’essai… « On va réfléchir à la façon d’encadrer les loyers dans les maisons de retraite comme l’a fait Cécile Duflot pour les logements. Les établissements ne pourraient plus augmenter à l’envi le coût d’une chambre à la relocation. Et aussi plafonner les prestations facturées aux résidants à travers des conventionnements. On a un devoir de transparence : les familles sont perdues et se font rouler sur les frais cachés », assure-t-elle, proposant également que les maisons de retraite mutualisent leurs services. 

L’article publié au lendemain du discours prononcé à Lille, lors du congrès de l’Uniopss, par le président François Hollande (voir la vidéo) - discours au cours duquel il a annoncé une réforme de la prise en charge de la perte d’autonomie pour la fin 2013-, a eu le don d’hérisser le poil de plus d’un directeur d’Ehpad. « Tout d’abord,  le dispositif Duflot concerne des domiciles. Or les établissements ne sont pas des domiciles. Les personnes âgées ne payent pas un loyer mais un prix de journée qui comprend, outre le logement, des prestations de services », explique Florence Arnaiz- Maumé, la déléguée générale du Synerpa, le syndicat des établissements privés.

« Ensuite, dans les établissements publics ou associatifs, habilités à l’aide sociale, le prix est fixé par le président du Conseil général. Et dans le secteur privé, c’est Bercy, le ministère des Finances, qui encadre nos tarifs. Nous ne pouvons pas  accepter non plus qu’on laisse entendre qu’il y a des frais cachés… Les frais annexes (ndlr : les prestations de coiffure, l’eau minérale, les protections…) sont affichés à l’entrée des établissements, ils figurent sur les contrats et sont contrôlés par la répression des fraudes ! » Et Florence Arnaiz- Maumé, très remontée, de sortir sa calculette : « Le prix de journée moyen dans un ehpad en France est de 110 euros par jour. Sur ce total, l’Assurance maladie finance 30 euros, le Département 10 euros et le reste, 70 euros, est à la charge de la personne âgée… Le problème, c’est le financement de la perte d’autonomie », conclut-elle.

En clair, pour les professionnels, le souci est moins le coût du séjour que l’insuffisance de l’aide apportée aux résidents via l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), l’Aide personnalisée au logement (APL) ou  l’Aide sociale à l’hébergement attribuée par les Départements. « Il faut comparer nos tarifs avec le prix de journée des hôpitaux ou des cliniques qui sont beaucoup plus élevés. Mais les gens ne s’en rendent pas compte parce que c’est la Sécurité sociale qui paye ! » commente Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et directeur d’un établissement public en région parisienne. De même,  la mutualisation des moyens entre les établissements, évoquée par la ministre, le laisse perplexe. « Tous les rapports indiquent qu’il manque du personnel dans les maisons de retraite », commente-t-il sèchement.

Sur son blog, la ministre met en parallèle le montant qui reste à la charge des personnes âgées – 1600 euros par mois dans le public et 2400 euros dans le privé- et le niveau des pensions des femmes (900 euros) qui constituent l’immense majorité des résidents des maisons de retraite. « Comment réduire ce reste à charge alors que l’Etat n’a pas d’argent et que les Départements sont exsangues ? », s’interroge Claudy Jarry, président de la Fédération nationale des associations de directeurs d'établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa) et directeur-adjoint de la Croix Rouge de la région Sud-Est. « Si l’Assurance maladie finançait 100% des aides soignantes et non 30% comme aujourd’hui, le prix de séjour pourrait diminuer de 200 euros par mois…» poursuit-il, se référant au rapport sénatorial sur la dépendance rendu en 2011. « Nous sommes soumis à des injonctions de plus en plus fortes en matière de qualité de la part des pouvoirs public », reprend-il. « Et je m’interroge sur la façon d’y parvenir tout en baissant les tarifs… » Les concertations futures entre Michèle Delaunay et les responsables des maisons de retraite risquent d’être tendues…

 

Commentaires

Je suis d'accord pour qu'il y ait effectivement un encadrement. Mes parents, ont été chacun successivement, dans des établissements différents et les prestations ne sont pas toujours au niveau des montants demandés. Sans compter les difficultés pour les familles qui s'occupent de leurs résidents de se faire entendre ou même qu'on les écoute lors de
questions sur certains points du fonctionnement.

Écrit par : Séchaud | 04/02/2013

Je suis d'accord pour que soit établi un droit de regard des pouvoirs publics sur les comptes d'exploitations des maisons de retraites privées avec des plafonnements sur les excès.

Écrit par : jumeau | 04/02/2013

Agée de 83 ans sans gros problèmes de santé, seul et sans enfants il me faut bien penser mon devenir, aussi j'ai décidé de vendre ma patite maison pour pouvoir faire
face financièrement s'il me faut rentrer dans un EPAD. Je perçois :825 euros de retraite. Je cherche un appart sur le même palier q'une autre personne et pouvant se
rendre de menus services et assistance en cas de besoin etc.
J'ai demandé au Conseil Général du Morbihan (sachant que cela existe sur le 44) Il
trouvait l'idée bonne , mais n'avait rien envisagé dans ce sens.
Je vis mal cette angoisse de ne pouvoir assurer mon grand âge

Écrit par : LE PAR | 04/02/2013

Dans votre cas, la résidence-service pour séniors autonomes (valides et semi-valides) me parait bien plus adaptée que l'EHPAD. Vous pourriez bénéficier de services à la carte tels que la restauration, les animations, les sorties etc...Ne plus être seul, et disposer d'un encadrement sécurisé, et de plein pied. Le coût d'un logement en résidence service est inférieur à celui d'une chambre en EHPAD. Vu l'absence de personnel médical...

Écrit par : isa | 21/03/2013

Nous réglons chaque mois pour mon père entre 1800.00 & 1900.00. Il y a aussi ma maman qui est en résidence pour personnes agées (350.00), leur retraite est de 1700.00.
Jusqu'à quand pourrons nous payer?

Écrit par : bocquet | 04/02/2013

bonjour

et vous... quel âge avez-vous ?

pour vous mêmes : avez vous l'évaluation de vos pensions à venir ?
sachant qu'il y a une forte érosion des pensions depuis les 5 à 7 dernières années

vos parents ne peuvent - ils être regroupés : si c'est un couple ?
réunis en un seul lieu de vie (privé) avec une aide conséquente à un domicile commun ?

remarque :
selon les comparatifs le coût en EHPAD n'est pas directement lié aux services rendus aux résidents :
- quel taux de prise en charge par du personnel NON vacataire ?
1. de jour ?
2. de nuit ?

- quel dépenses obligatoires en cas de dépendance lorsque le "linge" est envoyé à 200 km pour être nettoyé, et ... ne revient pas du tout ou revient 4 mois après tâché de déteint ?

le coût dépend d'autres critères étrangers à la qualité du service rendu
Globalement il manque d'établissements adaptés au vieillissement dans la dépendance, dits de santé "publique" ou mêmes de structures adaptées de type "villages" accessibles Ces sites seraient financièrement co-gérés
. par les résidents et ou leurs familles, (propriétaires et, ou locataires)
. avec les collectivités locales,
et en partenariat avec les caisses d'allocations familiales attribuant les Aides personnalisées au logement ou autres (selon le cas)

cordialement
Monsieur L

Écrit par : lanier | 11/02/2013

Suis âgé de77 ans, mon épouse 75... encore partiellement capables de nous assumer mais sommes seuls et nous inquiétons pour nos... demains ! tout juste à temps avons aménagé notre maison pour les vieux jours, mais bientôt, seuls ne pourrons y demeurer... Aucun service social ne s'occupe d'aides si ce n'est du conseil Général après quel délai - uniquement si on n'est plus autonome...et pour les soins minimum !
Pourquoi, dans les maisons de retraite autrichiennes que je connais si bien, même dans les petites bourgades, les maisons de retraite sont d'une qualité 5 étoiles, propres, avec des soins de haute qualité sans problème de budget : 3 amis qui ont vécu, quasiment sans revenus ni ressources y étaient soignés parfaitement... et les gens âgés y sont si heureux que cela encourage leur choix de vie finale....
Comment les Autrichiens peuvent-ils le réaliser quand ici..... Ne sommes-nous pas lamentables...? - allez visiter ici les maisons de retraite... c'est édifiant ! et les coûts ... eux aussi !
Nous vivons mal notre devenir prochain !

Écrit par : Fauve | 04/02/2013

Ne soyez pas si pessimiste ! Il existe en France d'excellents EHPAD et maisons de retraite médicalisés pour les personnes âgées devenues dépendantes de soins et d'assistance. Lorsque la famille ne peut pas honorer les frais d'hébergement, ni même en partie par le biais de l'obligation alimentaire, l'Aide Sociale à l'Hébergement prend le relais. Cette forme de solidarité publique nationale est d'une force incontestable en France. Elle permet chaque année à des centaines de milliers de retraités démunis de pouvoir vieillir dans la dignité...D'autres, mieux lotis, peuvent acquitter les frais, certes au détriment de leur patrimoine et donc de l'héritage qu'ils auraient pu laisser à leurs enfants, mais c'est à ce prix qu'ils peuvent finir leur vieux jour dans un établissement garantissant leur sécurité et qualité de vie. Mieux vaut encourager ce système que de chercher un établissement en Autriche...C'est une question de solidarité...

Écrit par : isa | 24/03/2013

Culpabilisation des familles,
Infantilisation des résidents,
Prescriptions médicales et/ou para-médicales inutiles,
C'est beau le business sur la déchéance humaine facilitée!
Et, quand le service est trop lourd, Op! direction le long séjour!

Écrit par : MARBOT | 04/02/2013

c est une honte de voir comment sont considere les personnes agees en france
j ai 89 ans dernierement j ai contacte plusieurs maisons et villages pour retraites
c est completement innabordable
d autant que depuis l euro nous avons perdu 30 pour cent de notre pouvoir d achat
quand la societe acceptera la liberte de l eutanasie puisque nous ne sommes plus
consideres d utilite publique
au moins qu elle nous permette de partir quand on le desire et dignement
je parle que pour moi chacun est libre de rester grabataire
repondez moi?????

Écrit par : bernard | 04/02/2013

Cher Bernard,

On peut comprendre votre révolte, ce qui après tout est un signe de bonne vitalité pour votre grand-âge ! Qui n'aimerait pas atteindre 89 ans ? Et au delà, ne parlez plus d'euthanasie, rien ne vaut la vie !

Écrit par : isa | 21/03/2013

J'ai suivi une émission à la télé sur les maisons de retraite autrichienne, comment procéder pour s'inscrire?

Merci pour votre réponse

Écrit par : GROISARD | 04/02/2013

J'ai reçu un mail concernant un investissement sur la défiscalisation les établissements en EHPAD.
Voici ce qu'il me dit : " Les EHPAD sont en plein essor et la rentabilité moyenne est une des plus élevée. Mieux qu'une défiscalisation, l'investissement dans un EHPAD est aujourd'hui le meilleur moyen pour se constituer une retraite complémentaire non fiscalisée. »
J'ai été outrée de savoir que des gens peu scrupuleux se font du fric sur le dos des plus vulnérables. Voici ce qu'il me dit "Savez-vous ce qu'est que l'EHPAD ?"
Voici ce que j'ai répondu :
"Oui, je sais ce que c'est une EHPAD, ma mère est en maison de retraite depuis 13 ans, et elle paie cher, très cher. Les administrateurs sont des voleurs, les familles sont les vaches à lait. C'est honteux, on devrait vous mettre tous en prison pour vol, arnaque sans compter que le peu de personnel que vous embauchez est mal payé et il n'y a aucun entretien des bâtiments, c'est lamentable !!! Dans ces conditions effectivement, ça peut-être très très rentable !!!!
Alors je dis à Madame la Ministre, oui, mettez un plafond dans le prix à payer. Ma mère a vidé toutes ses économies à la maison de retraite (ressources : 687 €/mois). Je ne peux malheureusement pas la prendre avec moi car elle est très affaiblie, âgée de 90 ans, elle ne marche plus depuis longtemps, elle ne s'alimente plus, (elle est perfusée) elle ne voit plus, elle n'entend plus, bref, c'est triste de voir sa mère comme un légume mais elle toujours en vie.

Écrit par : viviane | 04/02/2013

Oui tout à fait d'accord avec la ministre Michèle Delaunay ! Ma mère est sous tutelle, elle a Alzheimer. Sa tutrice l'a mise en résidence pour personnes âgées sans demander notre avis, nous ses enfants. Nous ne savons pas combien est payée la tutrice sur les revenus de notre mère ni combien coûte la maison de retraite. Quand j'ai posé la question à la directrice de l'établissement, elle m'a répondu qu'elle ne me le dirait pas car cela n'intéressait que la tutrice ! Cette tutrice refuse de nous informer sur les comptes qu'elle gère pour ma mère. Elle veut maintenant vendre son appartement car la résidence où elle l'a placée sans que les propres enfants n'aient leur mot à dire serait maintenant trop chère ! La Ministre a du pain sur la planche !!! Il faudrait aussi que la Garde des Sceaux se penche comme sa collègue ministre des Personnes âgées et de l’autonomie sur les abus que subissent nos parents placés de manière abusive sous "protection" judiciaire.

Ma mère serait révoltée si elle comprenait de quelle manière elle est traitée et de quelle manière on a exclu ses enfants des décisions la concernant.

Nos parents âgés et vulnérables ne doivent plus être considérés comme des produits rentables mais comme des personnes dignes qui méritent respect et considération.

Écrit par : I.J. | 07/02/2013

pourquoi ne pas vous avoir mis tutrice de votre mère

tout est beaucoup plus simple
et votre mère ne payerait pas

la tutrice de votre mère qui a été mis en place par?

elle doit rendre les comptes à la famille et aussi au juge des tutelles
obligatoire , elle n'est pas de la famille et m'éprouve rien pour votre mère
il faut bien réfléchir des conséqences quant-il a tuteur étranger à la famille
je vous souhaite bon courage
et adresser vous à un avocat qui sera vous conseiller

france

Écrit par : MARIE | 13/02/2013

Et oune senior dé plousse :...

Écrit par : Laporte | 09/05/2013

Cela fait sacre bout de temps que je n avais pas trouve un article de ce niveau !!!

Écrit par : Tutoriel bourse | 13/07/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique